Archives du mot-clé illustration

Geluck

Drawing Now

Opération « explosion de la rétine » réussie.

C’est certainement le bilan du 8è salon du dessin contemporain « Drawing now »  qui investissait jusqu’à hier soir le tout-nouveau-tout-beau Carreau du Temple.

Du concentré de talents, dans chacune des 73 galeries exposantes.

Mon œil discute présentement avec ma main pour la mettre au défi de parvenir à le subjuguer tout autant, un jour.

Pression!

D’ici là, régale-toi de ces artistes :

Cesar Del Valle qui met ses personnages au coin :

cesar_del_valle_

Johann Rivat et sa série « Uncivilized » inspirée par sa fascination de ceux qui s’opposent à l’ordre établi pour changer le monde :

Johann-Rivat-Uncivilized

Thomas Broome, tout en typographie :

thomas_broome

Emilie Theander, qui nous confie un onirisme inquiétant :

Emeli Theander_Reverse Me

Julien Beneyton (je suis encore sous le choc!) :

Julien beneyton_1

Speedy Graphito :

seul au monde_speedy_graphito

Pierrick Naud :

Pierrick-Naud-les-ailes-endormies.2013.encre-fusain-et-vernis-sur-papier.22x15cm-©-La-Galerie-Particulière-Galerie-Foucher-Biousse

Décroche-toi la mâchoire devant Davor Vrankic où chaque cm2 est un gouffre de beauté :

davor vankic

D’ailleurs, ci-dessous, un zoom d’un cm2 d’une de ses immenses oeuvres (clique et regarde en grand si t’as pas peur des gouffres de beauté) :

davor vankic2

Ah, …tu dis plus rien….t’es scotché là…

 

affiche1autre

Salon du dessin

juan gris l'homme au cafe etude 1912

« ah oui, très joli…L’étude est bien aboutie, c’est assez surprenant..

… Et il est à quel prix?

-780 000 euros »

Tu es face au travail de Juan Gris, « L’homme au café », daté de 1912, et cet échange se tient au Salon du dessin à Paris, devant l’original.

C’est la 23è édition de l’événement qui rassemble des  galeries de Munich, Hamburg,  Londres,  New-York,  Genève, Zurich, Neufchâtel, Madrid, Barcelone, Bruxelles, Nancy, Paris…

39 au total.

De l’ancien (très ancien) au contemporain, tu y découvres des tableaux, que tu peux acheter donc, mais bon, il t’en coutera ton bras+ta jambe+ton chat+ton père, mais que tu peux surtout admirer.

Oui, parce qu’il faut bien le dire, tes mirettes seront aux petits soins au Salon du dessin.

Je ne te cache pas que l’ambiance est un brin particulière, il y a des pots pourris sur des tables en bois ancien, la moyenne d’âge avoisine le double du mien, et devant les stands pour t’accueillir, des hommes en costume et des femmes en tailleur qui, tu le vois bien, tu l’entends bien, n’ont pas joué dans ta rue.

gallerie1_1

De stands en stands, tu traverses les époques, tout en précision, tout en intention : des tableaux aboutis ou des études, des recherches, la sélection est très variée.

Tu y découvres la minutie de Pierre Henri de Valenciennes, Gaspare Galliari, Jean-Jacques de Boissieu, la noirceur de Théodule-Augustin Ribot, la délicatesse de Louis Lesueur pour son « Paysage fluvial au clair de lune », le relief de Carlo Bossoli pour « La fontaine de Neptune et le Paseo del prado », les couleurs tranchées de Maud Hunt Squire, tu rencontres des esquisses de Salvador Dali, d’Andy Warhol, tu t’amuses encore une fois devant Alberto Giacometti et son trait énergique, que tu arrives à lire dans ses lignes pourtant si chaotiques.

On ne pouvait pas prendre de photos, mais j’en ai volées deux (oui je t’entends: « haaaan.. » . Eh ! que veux-tu! J’ai le goût du risque..).

La première parce que le portrait m’a captivée, le regard est hypnotique : il s’agit de « Portrait de Lacroisade » par Charles-Lucien Léandre, daté de 1900 :

leandre2

Et la seconde pour l’ultra-réalisme, toujours fascinant, aux crayons de couleurs, de Claudio Bravo :

Claudio Bravo2

(tu peux cliquer sur les images pour mieux les voir)

C’est chouette hein!