Archives du mot-clé john turturro

apprenti-gigolo-critique-film-john-turturro-woody-allen-vanessa-paradis-arp-selection

« Apprenti gigolo » de John Turturro

J’arrête de te parler des films qui ne sont plus à l’affiche pour que tu puisses aller dépenser un peu de sous au cinéma plutôt que de télécharger honteusement (mais chut euh). D’acheter les DVD (voilà).

Ce week-end, j’ai vu « Noé ».

Naaaan… j’déconne!

Je suis allée voir « Apprenti gigolo ».

affiche

Pas de chichi, le film entre directement dans le cœur de l’histoire : Woody Allen propose à John Turturro de faire le gigolo, tout d’abord pour sa dermato, qui lui a confié l’envie d’une telle expérience. Elle est belle, torride : c’est Sharon Stone, dans une féminité non retenue, la séduction tout décolleté et talon aiguille sortis. John Turturro accepte le rôle d’enjôleur de dames, et Woody Allen endosse celui du mac, sans hésiter une seconde à tenter les femmes qu’il croise.

Parmi elles, la veuve en deuil de son feu mari rabbin – interprétée avec une délicatesse extrême par Vanessa Paradis – coincée dans son chagrin, entre les coutumes et la communauté juives. La tristesse, la solitude, en silence, en absence, en demi sourire, cachées sous sa perruque, enfouies sous ses frêles épaules. Une fragilité recluse dans un ptit corps.

Si l’érotisme de Sharon Stone ou de sa copine Sofia Vergara est tout assumé et résillé, le lâcher prise de Vanessa Paradis s’exprimera lui dans le plan serré sur son pied, faisant un pas en avant. Et ça c’est fort.

Turturro quant à lui affiche un charisme certain et une séduction folle, mêlée de virilité, de tact, d’intelligence, avec l’aisance, l’assurance et la grâce d’un danseur de tango.

J’ai hésité à te parler d’ « Apprenti gigolo », parce que bon, au final, je ne sais pas combien de temps je m’en souviendrai, … et puis je me suis dit que s’il n’est certainement pas le film le plus marquant qui soit, j’ai tout de même envie de le retenir, pour la subtilité des deux personnages joués par John Turturro et Vanessa Paradis, leur interprétation non grandiloquente, et ô combien élégante et touchante.

Et pour ce petit pied, qui s’avance, comme ça, l’air de rien.

Arrête de vouloir du grand tout le temps…

Les ptites choses, je te dis, les ptites choses.